Au fil des mois

 En scène au psychodrame

En scène au psychodrame

Clinique psychanalytique

Dans ce livre très personnel, Roger Perron transmet le plaisir de jouer qui anime un groupe bien rodé d’acteurs-thérapeutes, un plaisir qui gagne progressivement le patient lorsqu’il découvre que la vie, sa vie, l’image qu’il se donne de lui-même et de ses relations avec ses proches… tout cela est beaucoup plus riche qu’il ne le croyait, qu’un horizon qui semblait bouché et noir se rouvre et s’éclaire.

Dans une écriture alerte et vivante, il décrit les ressorts du psychodrame qu’il a pratiqué pendant de nombreuses années. Il s’appuie sur son expérience personnelle et de multiples exemples pour analyser les intérêts, les limites, les difficultés de cet exercice de mise en scènes qui engage les patients mais aussi les psychanalystes au-delà même des paroles prononcées. Théorie et clinique psychanalytiques s’articulent dans un récit où l’auteur nous entraîne à sa suite et nous fait partager ses interrogations, ses inventions mais surtout son enthousiasme de psychodramatiste.

Auteur : Roger Perron

 

 




Le tourment adolescent

Sous la direction de Philippe Givre et Anne Tassel.

Puf, 2010

Le premier tome du Tourment adolescent revisitait les toutes premières conceptualisations de la puberté et de l’adolescence. L’intention avouée de ce second tome est de rendre compte des apports majeurs d’analystes de la deuxième ou troisième génération qui, pour certains comme A. Freud, P. Blos, P. Mâle, M. Laufer et E. Kestemberg, auront ouvertement revendiqué une implication dans ce champ de la psychanalyse de l’adolescent, alors que d’autres auteurs comme D. W. Winnicott ou J. Lacan n’auront abordé l’adolescence que de façon plus connexe ou tangentielle. La modernité conceptuelle et les aspects novateurs de la pensée clinique de ces auteurs trouve à s’illustrer à travers la mise en relief de notions comme celles de «primitivisation régressive» ou de «langage d’action» chez P. Blos, de «séduction» ou de «morosité» chez P. Mâle, de «fantasme masturbatoire central» ou de «corps comme objet interne» chez les Laufer, de dialectique «identité/identification» ou de «relation fétichique à l’objet» chez Kestemberg, de «pot au noir» ou de «dissociation des éléments féminin et masculin» chez Winnicott, d’«événement pubertaire» et de «complexe d’intrusion fraternel» chez Lacan, chacune de ces propositions conceptuelles participant au maillage progressif d’une théorisation psychanalytique des processus adolescents.