Au fil des mois

Freud, de l'Acropole au Sinaï

Freud, de l'Acropole au Sinaï

Freud était si profondément imprégné d'histoire ancienne et de littérature grecque que l'on peut définir la psychanalyse comme une archéologie de l'inconscient dont la méthode fut conçue sur le modèle de la philologie. Œdipe roi préfigure le « sujet de l'inconscient » et donne la clé de la « psychanalyse tragique ». La fascination de Freud pour la Grèce antique n'était pas une exception. La plupart de ses contemporains ont trouvé dans la civilisation grecque une part essentielle de leur inspiration. S'interroger sur la dette des Modernes envers les Anciens permet de reconstruire le système culturel allemand et autrichien, dont Freud fut à la fois le représentant et le critique lucide.

Mais Freud a souffert, depuis l'époque de la Première Guerre mondiale, d'un grandissant « malaise dans la Bildung » néo-humaniste institutionnalisée à l'époque de Humboldt, dont Nietzsche avait analysé les contradictions. Les références à la Grèce ancienne avaient d'abord permis à Freud de se démarquer du genius loci viennois, baroque et romain. Son parcours ultime l'éloigne de l'Acropole et le ramène à la Loi sinaïtique. Ce n'est pas un retour au religieux, mais la recherche de nouveaux fondements de l'éthique et de la rationalité scientifique, à l'heure où la civilisation européenne s’effondre.

Auteur : Jacques Le Rider

 

 




Contact

Adresse:
3, rue Adrien Lachenal
Genève
GE
1207
Suisse
Téléphone:
+41 22 736 74 54

Formulaire de Contact

Envoyer un e-mail
(facultatif)

Informations diverses

Informations diverses:

Horaires du secrétariat : Lundi, mardi, mercredi et jeudi de 19 h à 21 h