Prochaines conférences

••••••••••••• GENEVE •••••••••••••

Les lieux et détails non précisés des conférences seront communiqués en cours de cycle

  

CYCLE DE CONFERENCES DU CPRS : L'INFANTILE, LE SEXUEL ET
LEURS DESTINS

 
Samedi 12 octobre 2019 11h00 à 13h00
Amour et narcissisme : chemins du désir entre sexualité, civilisation et culture.
Une introduction au programme d’activités 2019-2020.
Centre de Psychanalyse Raymond de Saussure
Conférence d'Antonio Andreoli
Discutants : Patricia Simioni, Luis Cannellas, Dante Trojan, et Christian Lutz
Centre de Psychanalyse Raymond de Saussure

Samedi 2 novembre 2019 11h00 à 13h00
Psychanalyse et psychose : retrouver le Self pour reconstruire le Mo
i
Conférence de Stefano Bolognini.
Discutantes: Jacqueline Girard-Frésard, Adela Abella, Fanny Glauser.
Uni-Mail salle M R070, 40 Bd du Pont d’Arve, 11h-13h.

Samedi 23 novembre 2019 9h00 à 13h00
Entre raison et passion : filiations de la psychanalyse à Genève.
Débat pour fêter le centième anniversaire de la psychanalyse à Genève.
Alain Grosrichard, Dorette Gédance, Maria Vittoria Costantini, Luca Leardini et al.
Uni-Mail salle M R070, 40 Bd du Pont d’Arve


.....................LAUSANNE..............

Les lieux et détails non précisés des conférences seront communiqués en cours de cycle


 

•••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

FORMATIONS ACCESSIBLES


Interroger la clinique avec un psychanalyste 

 

 Modules de formation à la psychothérapie psychanalytique 
 
Informations


Au fil des mois

Mourir d'écrire

Mourir d'écrire

Aux millions de morts assassinés dans les camps, la Shoah par balles a ajouté ses morts innombrables, mais le désastre a poursuivi son œuvre au-delà. Affaiblis, ravagés, nombre de survivants ont succombé dans les mois qui ont suivi leur libération. Et puis, parmi les rescapés qui avaient retrouvé une existence apparemment ordinaire, il y a ces témoins qui, des années après, ont été frappés par le suicide ou une maladie brutale, immolés après coup, pour avoir ravivé en eux, afin de la dire, la catastrophe psychique à laquelle ils avaient jusque-là résisté. Mourir de dire ? Mourir d’écrire ? La ré-évocation peut s’avérer répétition mortifère, y compris dans une cure psychanalytique.
La Shoah reste aujourd’hui un traumatisme pour la civilisation tout entière, que nous continuons de porter et que nous cherchons toujours à élaborer.
Rachel Rosenblum nous introduit à une compréhension profonde de l’énigme de la survivance, qui ne garde pas le souvenir mais maintient la plaie elle-même. Son approche psychanalytique renouvelle notre regard sur la nature des états traumatiques et leur abord thérapeutique. La perspective s’étend aux bouleversements psychiques que connaissent les victimes d’attentats terroristes. 
Ce livre nous permet d’entrevoir le drame de la survivance, élargit notre champ de vision et nous fait vivre de lire…

Auteur : Rachel Rosenblum

 

 




La Société Suisse de Psychanalyse (SSPsa) a été fondée en 1919. Elle est une des sociétés composantes de l'Association Psychanalytique Internationale (IPA, créée par Freud en 1908) et de la Fédération Européenne de Psychanalyse (FEP). En accord avec l'IPA, la SSPsa considère que la transmission de la psychanalyse ne peut se faire qu'au sein d'une institution. La SSPsa assure cette tâche par l'intermédiaire d'institutions régionales: le Centre de psychanalyse de la suisse romande à Genève (CPRS) et à Lausanne (CPL) pour la Suisse romande, l'Institut Freud à Zurich, le Séminaire psychanalytique à Bâle, le Groupe d'études psychanalytiques de Berne et le Séminaire psychanalytique de Lugano.

Les débuts de la psychanalyse en Suisse romande
L’Institut Jean-Jacques Rousseau et l’école de psychologie de Genève, autour de Théodore Flournoy et d’Edouard Claparède, ont joué un rôle de pépinière pour l’accueil de la pensée psychanalytique en Suisse romande, à l’instar de la Clinique psychiatrique de Zurich, le Burghölzli, et de son directeur Eugen Bleuler en Suisse allemande.
1920 voit la fondation d’une Société psychanalytique de Genève, présidée par Claparède, qui réunit aussi bien des psychanalystes que des laïcs. Mais les véritables pionniers de la psychanalyse en Suisse romande, qui ont réellement développé une activité de psychanalyste, sont Henri Flournoy,   Raymond de Saussure et Charles Odier, partis s’étendre sur le divan de Freud ou de ses disciples, à Vienne ou à Berlin, ainsi qu’André Repond, à Malévoz en Valais. Dans la foulée suivront Germaine Guex, à Lausanne, puis Marcel Roch, à Lausanne toujours, Michel Gressot, Marcelle Spira (qui permettra une ouverture aux idées de Mélanie Klein), Olivier Flournoy à Genève…  
En 1973, répondant au besoin des psychanalystes de la région d'avoir un lieu de rencontre, fut créé, à Genève, le Centre Raymond de Saussure, en hommage à cet élève de Freud qui exerça une intense activité de formation et qui fit don de sa bibliothèque. En 2010, après 10 ans d'activité, c'est à Lausanne que s'ouvrait officiellement le Centre de psychanalyse de Lausanne.
Dès ses origines, la psychanalyse suisse romande s’est développée en liens très étroits avec la psychanalyse française. Odier et de Saussure sont parmi les membres fondateurs de la Société psychanalytique de Paris, en 1926, et une proximité de pensée s’est maintenue en dépit de l’internationalisation progressive du mouvement psychanalytique.